AVC chez le chien

avc chez le chien
Les accidents vasculaires cérébraux chez les chiens sont des situations d'urgence qui nécessitent une intervention rapide. Cet article fournit des témoignages de propriétaires et des conseils pratiques pour faire face et aider au mieux un chien victime d'un AVC.
💡 Bon à savoirUne des astuces clés pour faciliter la récupération d'un chien après un AVC est d'adapter son environnement pour réduire le stress et les risques de nouvelles blessures. Cela peut impliquer d'installer des tapis antidérapants, de sécuriser les escaliers et de créer un espace confiné et calme pour qu'il puisse se reposer.

Premiers signes et diagnostic de l'AVC chez le chien

Lorsqu'un chien est victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC), il est crucial de reconnaître rapidement les symptômes pour lui apporter les soins nécessaires. Les témoignages de propriétaires ayant vécu cette expérience révèlent les signes caractéristiques d'un AVC chez le chien et soulignent l'importance d'une intervention vétérinaire immédiate.

Symptômes observés par les propriétaires

Parmi les symptômes les plus fréquemment rapportés par les propriétaires, on retrouve :
  • Une tête penchée sur le côté
  • Une perte d'équilibre, le chien titube ou s'appuie contre les murs
  • Des convulsions ou tremblements
  • Une paralysie partielle ou totale d'un côté du corps
  • Des yeux agités ou un regard fixe
  • Une perte d'appétit et des vomissements
"Mon chien dormait quand soudain il s'est mis à pleurer. J'ai compris qu'il n'arrivait plus à se lever, il perdait l'équilibre et avait la tête qui penchait." Stéphane, propriétaire d'un Cavalier King Charles de 11 ans

Diagnostic par le vétérinaire

Face à ces symptômes, il est primordial de consulter un vétérinaire en urgence. Celui-ci procèdera à un examen neurologique complet pour évaluer les réflexes du chien, sa motricité et sa sensibilité. Des examens complémentaires comme une IRM ou un scanner peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic d'AVC et en déterminer la cause (thrombose, hémorragie, tumeur...).

Premiers soins et traitement initial

Une fois le diagnostic posé, le vétérinaire mettra en place un traitement adapté pour limiter les dégâts cérébraux et favoriser la récupération du chien. Cela peut inclure :
  • Une injection de cortisone pour réduire l'inflammation cérébrale
  • Des médicaments vasodilatateurs pour améliorer l'irrigation du cerveau
  • Un traitement anti-convulsivant si nécessaire
  • Une perfusion pour maintenir l'hydratation et l'équilibre électrolytique
"Le vétérinaire a fait une injection de cortisone et d'un médicament pour dilater les vaisseaux. Dès le soir même, mon chien avait presque tout récupéré au niveau comportement." Propriétaire d'un Cavalier King Charles de 11 ans
La rapidité de l'intervention est cruciale car les dommages cérébraux s'aggravent avec le temps. Grâce à une prise en charge précoce et adaptée, de nombreux chiens victimes d'AVC parviennent à récupérer progressivement leurs facultés, même s'il peut subsister des séquelles. Un suivi vétérinaire régulier et une rééducation patiente permettront d'optimiser les chances de guérison.

Récupération et rééducation après un AVC chez le chien

La récupération d'un chien après un AVC peut être un processus long et délicat, nécessitant patience, dévouement et adaptations de la part des propriétaires. Chaque cas est unique, mais certaines étapes sont communes dans la rééducation pour aider le chien à retrouver progressivement ses capacités motrices et son autonomie.

Soutien physique et soins à domicile

Dans les premiers jours suivant l'AVC, le chien peut avoir beaucoup de difficultés à se déplacer seul. L'utilisation d'un drap ou d'une écharpe passée sous le ventre permet de le soutenir pour se lever, marcher quelques pas et aller faire ses besoins. Comme l'a expérimenté la propriétaire de Daemon, un Berger Suisse de 11 ans victime d'un AVC :
Pour aider Daemon à se déplacer au début, je lui passais une écharpe sous le ventre pour le soulever un peu. Ça lui permettait de poser les pattes sans porter tout son poids et de réapprendre petit à petit à marcher. — Marie, propriétaire de Daemon
Il est important de procurer au chien un espace calme et confortable où il peut se reposer, avec un couchage adapté. Les sorties doivent être courtes mais fréquentes pour stimuler la motricité. Des séances quotidiennes de flexions/extensions douces des membres, toujours récompensées, aident à redonner du tonus musculaire. Si le chien rencontre des difficultés à s'alimenter seul, le nourrir à la main ou tremper son doigt dans l'eau pour l'inciter à boire permet de maintenir son hydratation et sa nutrition. Passer temporairement à une alimentation humide et tendre peut être nécessaire.

Progrès et adaptations sur le long terme

Au fil des semaines, les progrès se font généralement sentir. La motricité et l'équilibre s'améliorent, le chien arrive à se déplacer seul sur de plus longues distances. Continuer les exercices de rééducation permet de renforcer ses acquis :
Après un mois, Daemon arrivait à faire de petites balades. Je continuais de le soutenir avec l'écharpe dans les escaliers. Ses progrès étaient lents mais réguliers, il reprenait confiance en ses capacités. — Marie, propriétaire de Daemon
Certains aménagements du logement peuvent faciliter le quotidien : tapis antidérapants, rampe d'accès, gamelles surélevées, limitation des obstacles... L'objectif est de stimuler l'autonomie du chien tout en assurant sa sécurité pour éviter chutes et blessures. La récupération s'échelonne souvent sur plusieurs mois, ponctuée parfois de plateaux ou de légers reculs. Chaque victoire, même minime, mérite d'être saluée. Trois mois après son AVC, Daemon avait ainsi retrouvé une motricité quasi-normale, ne conservant que quelques troubles de l'équilibre. Avec de la patience, des soins adaptés et beaucoup d'amour, la plupart des chiens ayant subi un AVC parviennent à retrouver une belle qualité de vie, même s'il leur reste parfois des séquelles. L'accompagnement vétérinaire et le soutien indéfectible de leurs maîtres sont des atouts précieux dans ce processus.

Prendre soin d'un chien âgé et prévenir les AVC

Prendre soin d'un chien âgé est essentiel pour lui assurer une bonne qualité de vie et minimiser les risques de problèmes de santé, notamment les accidents vasculaires cérébraux (AVC). En adoptant une approche préventive et en étant attentif aux besoins spécifiques de votre compagnon vieillissant, vous pouvez l'aider à rester en bonne santé et à profiter pleinement de ses années de sénior.

Une alimentation adaptée aux besoins du chien âgé

L'alimentation joue un rôle clé dans le maintien de la santé de votre chien âgé. Il est important de lui fournir une nourriture de haute qualité, spécialement formulée pour répondre aux besoins nutritionnels des chiens seniors. Ces aliments contiennent généralement moins de calories pour prévenir la prise de poids, des protéines de qualité pour maintenir la masse musculaire, et des nutriments essentiels comme les acides gras oméga-3 pour soutenir la santé cognitive et articulaire. Veillez à ajuster les portions en fonction de l'activité physique de votre chien et de son poids idéal. Un excès de poids peut aggraver les problèmes articulaires et augmenter le risque de maladies chroniques comme le diabète, qui sont des facteurs de risque d'AVC.

L'importance de l'exercice régulier et adapté

L'exercice régulier est crucial pour maintenir la forme physique et mentale de votre chien âgé. Il aide à préserver la masse musculaire, à maintenir un poids santé, à stimuler la circulation sanguine et à garder l'esprit alerte. Cependant, il est important d'adapter l'intensité et la durée des activités à l'âge et à l'état de santé de votre chien. Optez pour des promenades plus courtes mais plus fréquentes, en privilégiant un rythme modéré. Les séances de jeu à la maison sont également bénéfiques pour stimuler l'esprit de votre chien et renforcer votre lien. Si votre chien souffre d'arthrose ou d'autres problèmes de mobilité, consultez votre vétérinaire pour obtenir des conseils sur les exercices appropriés et les éventuels traitements pour soulager la douleur.

Des check-ups vétérinaires réguliers pour une détection précoce

Les visites annuelles chez le vétérinaire sont essentielles pour surveiller la santé de votre chien âgé et détecter précocement d'éventuels problèmes. Votre vétérinaire effectuera un examen complet, y compris des analyses sanguines et urinaires, pour évaluer les fonctions rénales, hépatiques et thyroïdiennes, ainsi que le taux de glucose. Ces check-ups permettent également de contrôler la pression artérielle de votre chien, car l'hypertension est un facteur de risque majeur d'AVC. Si nécessaire, votre vétérinaire pourra prescrire un traitement pour réguler la pression artérielle et réduire ainsi le risque d'accident vasculaire cérébral.

Les coûts de la prévention : un investissement pour la santé de votre chien

Prendre soin d'un chien âgé implique certains coûts, notamment pour l'alimentation de qualité, les check-ups vétérinaires et les éventuels traitements. Cependant, ces dépenses sont un investissement pour la santé et le bien-être de votre compagnon. Selon les données d'Assur O'Poil, les frais vétérinaires moyens pour un chien de plus de 10 ans s'élèvent à environ 600€ par an. Souscrire une assurance santé pour votre chien peut vous aider à faire face à ces dépenses et à assurer les meilleurs soins possibles à votre animal. Par exemple, avec la formule Chien + d'Assur O'Poil, vous bénéficiez d'une prise en charge à 60% des frais vétérinaires, y compris les traitements préventifs comme les check-ups et les soins dentaires.
Âge du chien Frais vétérinaires moyens annuels
0 à 2 ans 200€
2 à 10 ans 400€
Plus de 10 ans 600€
En prenant soin de votre chien âgé au quotidien, en lui offrant une alimentation adaptée, une activité physique régulière et un suivi vétérinaire attentif, vous lui donnez les meilleures chances de vieillir en bonne santé et de minimiser les risques d'AVC. N'oubliez pas que la prévention est la clé pour offrir à votre fidèle compagnon une belle qualité de vie jusqu'à son grand âge.

Vivre avec les séquelles d'un AVC : témoignages et astuces

Adapter son environnement et sa routine

Suite à un AVC, les chiens peuvent garder des séquelles plus ou moins importantes qui nécessitent d'adapter leur environnement. Comme le raconte Marie, propriétaire d'un Labrador de 12 ans :
Depuis son AVC, Max a des problèmes d'équilibre et de vision. Nous avons dû installer des rampes d'accès pour qu'il puisse monter et descendre les marches sans risque de chute. Nous avons aussi supprimé les obstacles au sol et mis des tapis antidérapants.
Au-delà de l'aménagement du logement, c'est toute la routine quotidienne qui doit être repensée. Les promenades sont souvent plus courtes et fractionnées. Il faut être patient et laisser le temps au chien de se déplacer à son rythme, en le guidant si besoin. Les jeux et activités doivent aussi être adaptés aux capacités de l'animal.

Astuces pour gérer les troubles moteurs et sensoriels

Voici quelques conseils pratiques partagés par des propriétaires pour faciliter le quotidien d'un chien ayant des séquelles d'AVC :
  • Utiliser un harnais plutôt qu'un collier pour les promenades, afin de mieux soutenir le chien en cas de perte d'équilibre
  • Guider le chien verbalement s'il a des troubles de la vision, et ne pas déplacer les meubles pour qu'il conserve ses repères
  • Opter pour des gamelles surélevées et antidérapantes si le chien a du mal à se pencher ou des tremblements
  • Stimuler régulièrement l'odorat et l'ouïe avec des jeux adaptés pour entretenir ces sens

L'impact émotionnel et l'importance du soutien

Voir son chien diminué et devoir s'adapter à ses nouveaux besoins n'est pas toujours facile à accepter émotionnellement. Beaucoup de familles témoignent d'un sentiment d'impuissance et de tristesse au début. Mais la plupart relatent aussi la force du lien qui les unit à leur compagnon, et la fierté de chaque progrès accompli.
Les premiers temps après l'AVC de Nina ont été très durs moralement. Mais sa joie de vivre communicative malgré le handicap nous a aidé à rester positifs. Aujourd'hui, 8 mois après, même si elle garde des séquelles, nous profitons de chaque moment avec elle.
Pour traverser cette épreuve, il est essentiel de s'entourer et d'accepter le soutien de ses proches. Les témoignages d'autres propriétaires ayant vécu la même situation sont aussi une aide précieuse. Des forums et groupes de discussion permettent d'échanger conseils et encouragements. Enfin, un suivi comportemental avec un vétérinaire ou comportementaliste peut aider à interpréter les besoins du chien et à adapter au mieux sa prise en charge.

L'essentiel à retenir sur les AVC chez le chien

Bien que les AVC chez le chien puissent être une épreuve difficile, les progrès constants de la médecine vétérinaire et les soins attentifs des propriétaires permettent à de nombreux animaux de se remettre et de profiter d'une bonne qualité de vie. La prévention reste la meilleure approche, avec une alimentation équilibrée, de l'exercice régulier et un suivi médical pour détecter les facteurs de risque. Dans tous les cas, l'amour et le dévouement des familles jouent un rôle essentiel dans la guérison.18
Pourquoi mon chat se comporte comme un chien ?
Aménagement extérieur pour chien

Plan du site